La cigarette électronique et les éléments qui la composent

On pourrait penser qu’une cigarette électronique est quelque chose de très sophistiqué, qui a demandé des années d’étude à une armée d’ingénieurs travaillant jour et nuit pour le bien-être de l’humanité. La réalité est toute autre : c’est Hon Lik, un chinois tout seul dans son coin qui a mis au point le concept de la cigarette électronique moderne. Effectivement dans un but de santé publique : son père était atteint d’un cancer du poumon. Lik livre un joli storytelling en expliquant que l’idée lui est apparue dans un rêve. Est-ce que c’est très compliqué ? Vous avez des notions de physique chimie ? Vous voyez le principe de l’eau portée à ébullition ? Eh bien pour le principe général, c’est un peu pareil.
On a une batterie qui va produire de l’énergie afin de faire chauffer une résistance qui va porter à ébullition un liquide qui va se vaporiser. La transformation d’un liquide en gaz, c’est donc la vaporisation. C’est du niveau de CM1 ou CM2. La vapeur produite est inhalée par l’utilisateur. Si le liquide qui se trouvait autour de la résistance contient de la nicotine, celle-ci sera délivrée et le besoin de ce produit addictif assouvi pour son utilisateur si le dosage est bon.
On a souvent tendance à penser que la cigarette électronique est complexe et la cigarette traditionnelle simple. C’est le contraire. Chez tous ceux qui mettent au point les clopes, là il y a vraiment des ingénieurs qui se sont cassés les dents à rendre la nicotine plus addictive avec l’ajout d’adjuvant et de produits tout à fait naturels et bio comme l’arsenic (numéro atomique 33), le mercure (numéro atomique 80) ou le plomb (numéro atomique 82). Ajoutez à cela un peu d’ammoniac, du polonium 210, du pyrène et son frangin le benzopyrène, et tant d’autres produits aussi alléchants, vous comprendrez que rien n’a été épargné au fumeur que ce soit sur le court terme (tous les convertis à la vape constatent très rapidement des possibilités physiques bien supérieures à ce qu’ils étaient capables de faire en fumant, l’odorat revient, les goûts également) ou le long terme.
accessoires e-cigarette électronique
Avant de détailler les différentes parties d’une cigarette électronique, il convient de comprendre quelque chose : la cigarette électronique va remplacer tout ce qu’apporte la cigarette traditionnelle. D’abord, elle va apporter de la nicotine au cerveau (en 7 secondes pour la tueuse, en 60 secondes avec la vaporisation de l’e-cigarette ; soyez patient, ça vient, doucement mais surement). Ensuite, elle va procurer un « hit » lors du passage en gorge. C’est la contraction du larynx au contact de la nicotine. Puis il y a la gestuelle. Ce n’est pas tout à fait le même geste d’accord. Mais ça occupe les doigts. D’autres aspects peuvent entrer en ligne de compte comme les interactions sociales mais on est plus dans l’envie que dans le besoin. S’il manque une seule de ces choses, cela peut générer de la frustration et vous mener directement chez le buraliste.
Voyons donc maintenant comment fonctionnent les différentes parties d’une cigarette électronique pour bien comprendre l’ensemble. Nous vous invitons également à lire les dossiers précis sur les batteries, les résistances, les clearomiseurs, ...
Batterie eGo One CT 2200mAh

La batterie de cigarette electronique

C’est un peu la hantise des primo accédants à la cigarette électronique : « ma batterie est vide, je ne peux plus vaper ». Avant tout achat, il faut vraiment considérer le temps que l’on passe chaque jour à cloper, envisager éventuellement le fait que l’on passe un peu plus de temps à vaper qu’à fumer et choisir une batterie en fonction de la consommation de cigarettes. Pour éviter toute frustration donc, il vaut mieux prévoir large, prendre deux batteries plutôt qu’une pour les modèles sur lesquels on ne peut vaper lors de la charge, des 900 mah plutôt que des 650, des 1100 plutôt que des 900… Les « mah », ce sont les milliampères / heure. C’est l’autonomie. En prenant le modèle « en dessous », vous n’économiserez que quelques euros. Il serait dommage de rater son passage à la vape pour une somme dérisoire.
Certaines batteries sont également équipées de voltage variable. C’est particulièrement intéressant de pouvoir moduler la puissance de votre appareil, notamment en fonction des moments. Le matin, on n’a pas forcément envie de se prendre la même aspiration qu’en soirée. On peut commencer la journée tout doucement, monter d’un petit cran lorsque le chef de service vous stresse et encore un autre en soirée. Les soirées, ce sont vraiment les moments de vérité. En montant donc le voltage ou en mettant tout le monde d’accord en faisant plus de vapeur tout seul que tous les autres clopeurs réunis ne font de fumée. Là, on passe presque obligatoirement par une box sur laquelle on règle vraiment pas mal de choses : les volts, les watts mais aussi depuis peu, la température. Une bonne aspiration, avec un liquide 100% glycérine végétale, c’est la garantie de faire baigner pour quelques secondes une pièce dans un brouillard épais.
En résumé, en ce qui concerne les batteries ou les box, qui peut le plus peut le moins. Si vous voulez vous assurer un arrêt nicotinique, optez pour des modèles évolués, à moins d’avoir des besoins modestes, pour compenser moins de cinq cigarettes par jour. Les Evic VTC sont géniales et élégantes, les iStick ne nécessitent pas de batteries supplémentaires. En bon compromis entre pas mal de choses, la batterie de l’Ego One est une vraie réussite en termes de puissance, d’autonomie et même de design, permettant des assemblages discrets, tenant dans le poing.
home-pub-clearos.jpg
resistances
Kit eGo One CT

Le clearomiseur de cigarette électronique

Hein ? Clearoquoi ? Clearomiseur. Le truc dans lequel on met le liquide si vous préférez. Mais clearomiseur sonne un chouia mieux. Bien évidemment, comme pour les batteries, plusieurs paramètres vont entrer en ligne de compte lors de l’acquisition. Dans un premier temps, on se dit que c’est une question de contenance. Non, c’est très réducteur, ce n’est que la partie supérieure de l’iceberg. Bien sur, on peut trouver qu’un réservoir de 5 ml, c’est mieux qu’un réservoir de 3 ml. Si c’est le seul critère objectif, si vous ne souhaitez pas embarquer avec vous vos flacons sur votre lieu de travail, vous pouvez évidemment opter pour le premier gros réservoir venu, merci et au revoir m’sieurs-dames.
Tout d’abord, il y a les matériaux. Entre le plastique et le pyrex, on sent bien qu’on ne parle pas de la même noblesse. C’est tout de suite un peu plus élégant. Il y a évidemment l’aspect pratique de chacun de ces accessoires : est-ce que le remplissage est facile, est-ce que la lisibilité du liquide restant est bonne. Évidemment, avec du pyrex, tout est plus limpide.
Après, il y a le ressenti. Le même liquide dégusté sur un stardust ou un subtank n’aura pas le même goût, tout simplement. Et là, vous vous dites : il est bien gentil celui qui écrit ce texte mais je suis devant mon ordi et pour goûter la différence, ça va être un petit peu complexe. Rassurez-vous, Hon Lik va bientôt mettre au point la téléportation et Kitclope vous fera tester en direct les différents modèles. Par contre, ne soyez pas surpris, c’est comme dans Terminator, on arrive tout nu chez vous. Mais avant que ça ne soit au point, vu que vous êtes sur votre ordinateur, pourquoi ne pas nous laisser un petit message pour nous demander si le Mini Nautilus est aussi bien que le Subtank Nano en termes d’arômes ? Et puis lisez les descriptifs de chaque modèle. Si nous insistons lourdement sur le rendu des saveurs du Subtank, c’est bel et bien qu’il y a une raison. Si nous insistons encore plus sur la fiabilité du mini Nautilus, ce n’est pas un hasard.
Oui, la fiabilité. Parlons-en. Il se peut, de temps en temps, qu’une petite goutte apparaisse par-ci par-là. Ce n’est pas grave, ça arrive. Sauf sur le mini Nautilus. Tiens, ça fait deux fois qu’il est écrit que le mini Nautilus est fiable. C’est ce qui s’appelle insister lourdement sur la fiabilité de cet appareil justement. La fiabilité d’un clearomiseur passe aussi par un minimum d’entretien. Une fois de temps en temps, juste avant de remettre du liquide, on peut par exemple passer un petit coup de papier hygiénique dans tous dans les recoins. Sous la résistance par exemple, qui sert parfois de cuve à l’excédent de liquide. Dans l’airflow, dans la cheminée centrale. Il n’y a pas de zèle dans ce domaine : qui veut voyager loin ménage sa monture. C’est du simple bon sens. De la même manière que l’on passe un contrôle technique pour sa voiture, que l’on passe un anti-virus, un anti-malware sur son PC, on prend soin de son clearomiseur. Et si malgré tout un problème subsiste… Ça fait combien de temps que vous n’avez pas changé la résistance ?
accessoires
Résistance subtank ni200 kangertech

La résistance de cigarette électronique

L’ADN du clearomiseur… Quand il y a un problème sur une cigarette électronique, une fuite, un goût désagréable, un glouglou malheureux, il y a 95% de chances pour que ça vienne de la résistance. Elle a une durée de vie de trois semaines, parfois deux en cas d’utilisation intensive. D’une manière générale, dès qu’il y a un goût suspect ou même si vos arômes semblent moins intéressants, il faut changer la résistance.
On ne choisit évidemment pas sa résistance, on prend celle qui est compatible avec son clearomiseur. Bien sur, il y a parfois plusieurs valeurs. 0.5 ohm, 1, 1,2, 1,8… Plus la valeur est basse, plus la vape sera forte. Le texte sur la page principale des résistances sera plus complet et plus technique mais en gros, voilà comment ça se passe. Le courant électrique va traverser un fil résistif enroulé pour former un cylindre qui a de très nombreuses variables : son épaisseur, un certain nombre de tours composant le cylindre, un diamètre de cylindre et une matière qui peut être du kanthal, du nickel, du titane… Beaucoup de paramètres pour un si petit objet. Mais quand on regarde de plus près, tout est très logique. Admettons qu’on ait un petit cylindre composé de quatre tours et un autre de huit tours : quand on les déplie tous les deux, on a plus ou moins une longueur deux fois plus importante dans un cas. Si on met ces deux résistances en contact avec sa batterie, sa box (quand on fait du reconstructible), la résistance courte va rougeoyer très rapidement. La longue mettra un peu plus de temps. Dès lors, on comprend qu’une résistance courte va devenir très chaude et très vite et va balancer énormément de vapeur dès que l’on appuiera sur le bouton.
Un des arguments d’achat de tel ou tel clearomiseur peut d’ailleurs être l’existence ou pas d’une résistance reconstructible pour ce modèle. C’est un peu contraignant au début mais après beaucoup de pratique, ça devient économique et les saveurs sont sublimées.
Attention, toutes les batteries, toutes les box n’acceptent pas toutes les valeurs de résistance. Dès que l’on passe sous la barre d’un ohm, on dit d’une résistance qu’elle est sub-ohmique. Certaines batteries voient leur bouton clignoter et sur certains écrans de box, on peut lire un message selon lequel le « coil » (la résistance en français) est absent. Pas d’inquiétude : tous vos accessoires fonctionnent mais la résistance n’est pas adaptée.
Et pour finir
Évitez les mariages contre-nature. Vous fumez peu mais vous avez été séduit par le côté fiable du mini Nautilus ou le rendu des saveurs du Subtank ? Vous vous dites qu’une petite batterie 18650 suffira ? Ou inversement, vous voulez une grosse autonomie mais vous vous moquez des arômes et vous associez un clearomiseur en plastique avec une Evic VTC ? Ce ne sont pas des mariages de raison, il faut harmoniser les matériels. D’une part, ce sera extrêmement moche, ces assemblages ne ressemblent vraiment à rien. D’autre part, ces matériels n’ayant pas été conçus pour fonctionner ensembles, vous aurez des surprises. Mais dans le premier exemple, s’il n’y a pas assez de puissance, le clearomiseur ne fonctionnera pas de façon optimale et dans le second cas, à moins de sous-exploiter la box, les résistances vont s’user à une vitesse grand V. La check-list de chaque composant :

Batteries

  • Autonomie
  • Puissance
  • Voltage variable ou pas
  • Pour les box : accu à acheter ou pas
  • Vape et recharge simultanées ou pas
  • Utilisation possible ou pas avec certaines résistances, sub-ohmiques notamment.
  • Design

Clearomiseurs

  • Autonomie
  • Puissance
  • Voltage variable ou pas
  • Pour les box : accu à acheter ou pas
  • Vape et recharge simultanées ou pas
  • Utilisation possible ou pas avec certaines résistances, sub-ohmiques notamment.
  • Design

Résistances

  • Autonomie
  • Puissance
  • Voltage variable ou pas
  • Pour les box : accu à acheter ou pas
  • Vape et recharge simultanées ou pas
  • Utilisation possible ou pas avec certaines résistances, sub-ohmiques notamment.
  • Design