Bien choisir sa E-Cigarette

LA CIGARETTE ÉLECTRONIQUE : UN NOUVEAU SOUFFLE !

Si vous êtes sur cette page, cela veut dire que vous êtes prêt à passer le cap ! Bravo, c'est une des étapes les plus importantes. La cigarette électronique est aujourd'hui un des substituts de sevrage les plus efficaces au tabac et nous ne sommes pas les seuls à le penser.

Mais entrer dans cet univers n'est pas une mince à faire. Le choix de sa première cigarette électronique peut s'avérer très complexe et si vous ne choisissez pas le bon matériel ou le bon liquide, il est certain que la cigarette vous refera de l'oeil... et ce n'est pas notre objectif.

Pas d'inquiétude ! Kitclope est là pour vous accompagner et vous aider à trouver votre bonheur et dire adieu au tabac ! Vous retrouverez ici, tous les matériels adaptés à vos besoin en fonction de votre consommation.

E-cigarette simple et sans réglages.

Vous êtes un petit fumeur (moins de 10 cigarettes par jour) ?

E-cigarettes pour les fumeurs modérés !

Vous êtes un fumeur modéré ( entre 10 et 20 cigarettes par jour) ?

E-cigarette pour les gros fumeurs

Vous êtes un gros fumeur (>20 cigarettes par jour) ?

Pour aller plus loin

Beaucoup se posent la questions avant d'oser sauter le pas. Passer à la cigarette électronique, est-ce pire que fumer ? La e-cigarette est-elle dangereuse ? Toxique ? Nous nous proposons ici de répondre à ces questions par l'intermédiaire d'une infographie. Loin de nous l'idée de dire que vaper est 100% sain, simplement la e-cigarette doit se placer dans une politique de réduction des risques. De ce point de vue, tabac fumé ou vapotage, il n'y a pas photo. La science le prouve.

La première, c’est d’avoir un clearomiseur plein. Ça tombe un peu sous le sens mais quand on débute, on peut en oublier l’essentiel. Ensuite, il convient de laisser un peu de temps entre chaque aspiration. Depuis que la cigarette électronique existe, les résistances n’ont cessé de s’améliorer mais il ne faut pas leur demander l’impossible. Il faut bien comprendre la mécanique des montées en température. Lors d’une première aspiration, le fil résistif atteint très vite les 200 degrés. En reprenant une bouffée immédiatement, il n’y a pas de redescente de la température et tout va monter encore plus haut et ainsi de suite. La vaporisation se fera alors plus rapidement et les risques de dry hit seront multipliés.

Avec la vape, on peut prendre son temps : on n’est pas dans un train à une gare où il faut cloper le plus vite possible pour ne pas devoir jeter la cigarette au signal sonore du TGV qui repart. Dernière règle : la résistance doit être en bon état. 95% des problèmes d’une cigarette électronique proviennent de ce tout petit dispositif (les 5% restants étant en général un problème de pyrex cassé). Nous vous invitons vivement à voir l’intérieur d’une résistance usagée. Le coton devient sombre et le fil résistif accumule une couche de particules noirâtres. Inutile de dire qu’on est bien loin de la mécanique de précision d’une résistance neuve. Dans ce cas, le coton n’est plus que l’ombre de lui même, du liquide peut tomber dans la cuve sur laquelle elle est fixée et ce sont les chutes du Niagara par l’airflow. Le goût est inévitablement altéré et il se peut même que le circuit électrique ne soit plus fermé. Sur une box, ces résistances usagées peuvent même ne pas être détectées, l’écran indiquant une valeur résistive de 0,0 ohm. Là, évidemment, il n’y aura même pas de vaporisation.

Maintenant que nous avons vu les mouvements de liquides, il convient aussi de comprendre les mouvements d’air. Idéalement, celui-ci doit avoir lieu dans un seul sens. A l’aspiration de l’utilisateur, une dépression se créera et l’air va passer dans l’airflow. Cette circulation d’air va permettre à la vapeur de monter jusqu’en haut. Pour comprendre le mécanisme assez simple somme toute, il faut imaginer le mécanisme d’une paille dans laquelle on aspire et qui permet au liquide de monter.

Beaucoup d’utilisateurs aiment aussi faire l’inverse et souffler dans le drip tip pour obtenir une vapeur qui passe par l’airflow. C’est parfois joli. Mais c’est loin d’être une bonne idée. Pour reprendre l’exemple de la paille, voyez ce qui se passe lorsque l’on souffle dedans. L’air de vos poumons va bousculer ce qui est au fond du verre. C’est un chaos et c’est à peu près la même chose au niveau de la résistance. Le verre n’étant pas un endroit fermé, ça fait simplement des bulles. Mais au fond d’un clearomiseur, le liquide cherchera à passer par tous les endroits possibles. Le moindre petit défaut dans un joint se paiera cash ; et l’airflow va probablement laisser perler quelques gouttes.

la cigarette électronique va générer un hit au moment du passage en gorge.C’est la contraction du larynx. C’est au contact de la nicotine que cet organe réagit. Il n’est pas étonnant que la même molécule ait le même effet que ce soit avec une cigarette électronique ou avec une tueuse. Concrètement, au moment de l’aspiration, un petit choc va se produire dans la gorge. C’est le hit. C’est provoqué par la nicotine.

Et là, on comprend que le passage dans un taux de nicotine peut être un petit peu plus complexe que le passage du 16 au 12, du 12 au 6 ou encore du 6 au 3. Le cerveau n’a plus sa nicotine et il n’y a plus de hit en gorge. Mais alors que c’est si difficile de programmer une baisse de nicotine avec une clope, ça devient beaucoup plus précis avec l’e-cigarette. Parce que même si le fabricant de votre liquide préféré n’a pas exactement le dosage que vous souhaitez, la solution des mélanges est tout à fait réalisable. En mélangeant un liquide en 6 et un autre en 0, vous obtenez du 3, à proportion égale. A partir du 3 et du 0, on tombe sur du 1,5. C’est très léger mais la division par deux peut aller loin pour toujours s’assurer un minimum de nicotine.

Sachez également que le matériel a aussi une importance dans le taux de nicotine. Plus le matériel sera efficace, moins vous aurez besoin d’un taux de nicotine élevé. C’est presque mécanique. On commence à vaper sur du 12, en général, avec des Mini Nautilus. On arrête la clope avec ce genre de dispositif. Puis on peut faire évoluer son matériel avec du Subtank ou du Toptank. Le passage au 6mg de nicotine est naturel. Ce matériel étant plus efficace, le hit sera plus grand à aspiration égale. C’est donc totalement naturellement que la consommation de nicotine baisse et que l’on se dirige vers une vape « plaisir ».

La cigarette électronique remplacera donc la cigarette traditionnelle assez facilement. Plus facilement que vous le croyez en tout cas. Et il y a plein de petits à-côtés sympathiques auxquels on ne pense pas forcément au départ quand on pense uniquement à la santé. 

En une dizaine de jours, on retrouve l’odorat, le goût, du souffle. Vos animaux qui s’éloignaient à l’allumage d’une clope reviennent. Faut-il parler des odeurs de tabac froid qui s’incrustent dans les vêtements, dans les rideaux, dans chaque petit recoin de la maison ? La liste peut être longue, que l’on aborde tous les aspects de la santé, de la qualité de vie ou l’aspect financier. Ah oui, il y a ça… L’argent. Dans tous les cas, on est gagnant et le premier achat, celui où l’on se procure le matériel est souvent rentabilisé en deux semaines. Le fumeur impulsif atteindra la rentabilité plus rapidement.

Vous avez besoin de plus d'information ?

N'hésitez pas à nous contacter

Tél :01 48 95 82 98

Créer votre compte

Vous avez déjà un compte
Connectez-vous Ou Réinitialiser le mot de passe