Bien choisir un e-liquide…

Parmi les dizaines de milliers d’e-liquides qui existent à travers le monde, il est parfois difficile de faire un choix. Prendre tel ou tel matériel s’impose parfois comme une évidence mais en ce qui concerne les liquides, c’est plus compliqué. Il faut surtout essayer de viser juste assez rapidement en se servant de critères objectifs qui vont être utilisés comme une base éliminatoire et de critères subjectifs qui eux vont constituer un choix de cœur. Pourquoi « rapidement » direz-vous ? Parce qu’on ne peut tester indéfiniment des liquides toute la journée : après une succession de dix essais, on a la bouche qui ne sait plus distinguer un steak et des œufs à la neige. Ça, c’est lorsque vous passez en boutique. Si vous êtes devant cette page, vous n’avez que les mots qui vous servent de description. La solution idéale consiste à prendre les quelque 250 liquides que propose Kitclope. Statistiquement, il devrait y en avoir un ou deux qui vous plaira. Ou alors, vous êtes très difficile. Commençons par…
composition du e-liquide
Eliquide ParidisioPulp Menthe PolaireGrand Elixir CurieuxAttitude Vape PunkHeisenberg Vampire Vape

Les critères objectifs

Un e-liquide, c’est de la nicotine, du propylène glycol (PG), de la glycérine végétale (VG) et des arômes. Tout ce qui est arôme, ça concerne le subjectif. Nous verrons cela plus tard dans ce guide. Certains critères énoncés ici n’auront pas la même importance pour tout le monde.

1. Le taux de nicotine

C’est le point le plus important à voir avant toute chose. On commence la vape pour arrêter la clope. Or, la cigarette électronique permet de se substituer aux tueuses sur trois points principaux : l’apport de nicotine au cerveau, le « hit », le passage en gorge de la vapeur, conséquence du larynx qui se contracte au contact de la nicotine et la gestuelle. Donc, la nicotine intervient dans deux des trois choses qui sont compensées. Par conséquent, il ne faut pas se louper sur le dosage. Certaines marques ont des taux très particuliers mais on peut considérer qu’on a ce genre de palier : 0, 5 ou 6, 10 à 12, 15-16 et au-delà. Prendre un dosage trop important fait tourner la tête et racle la gorge. Opter pour un dosage trop faible provoquera de la frustration et donnera envie d’allumer une tueuse. Le problème, c’est qu’il n’y a pas de règle absolue en la matière. Dans la vape, un ancien fumeur voudra un gros apport en nicotine sans spécialement avoir un hit énorme. Un faible dosage pour une utilisation soutenue s’imposera alors. Mais la situation inverse peut aussi exister.
Mais d’une manière générale, en dessous de sept ou huit cigarettes quotidiennes, on optera pour du 5 ou du 6. Au-delà et jusqu’à vingt cigarettes, du 10-12 sera nécessaire. Par la suite, du 15 ou du 16 feront l’affaire. Attention cependant à ne pas jouer à celui qui encaissera le mieux. Le 12 convient même à de très gros fumeurs. C’est au cas par cas. Dans le doute, lorsque vous décidez de passer à la vape, n’hésitez pas à acheter un flacon supplémentaire dans un dosage de nicotine différent.
Mais attention, ceci n’est pas non plus une règle absolue gravée dans le marbre. On peut aussi volontairement envisager un dosage à la baisse si on a acheté du très bon matériel. Par exemple, en étant en possession d’un iStick couplé à un Subtank, il faut savoir que l’efficacité est totale. La batterie envoie du lourd, le clearomiseur diffuse une vapeur abondante… Et dans cette vapeur, de la nicotine, dans des quantités proportionnelles au volume du nuage. Donc, un 6 pourra avoir le ressenti d’un 11 pour peu que l’on ait investi dans du bon matériel. Les vapoteurs qui ont déjà arrêté la clope et qui font évoluer leurs accessoires baissent le taux de nicotine de façon quasi mécanique.
Dernière petit chose… Que faire quand on aimerait baisser progressivement le dosage en nicotine, passer de 10 à 5 sans que ce ne soit trop violent. Mélanger pardi ! Il est tout à fait concevable d’acheter un Malawia 6 et un autre en 11, les réunir dans un flacon plus grand pour faire du 8,5. Beaucoup d’utilisateurs « menthifient » également tous leurs arômes.

2. Le taux de PG/VG dans le e-liquide

Propylène Glycol (PG) ou Glycérine végétale (VG) ? Pour info, il existe une nomenclature admise chez tous les fabricants de liquide. C’est souvent écrit à côté du taux de nicotine. « XX / YY ». XX est le chiffre représentant le PG et YY le VG.
Le PG va favoriser le hit, le VG va générer une vapeur plus abondante. Il existe même des liquides 100% VG (Innocent Cloud) ou approchant (Furiosa, 10/90, par exemple). Ces arômes sont souvent associés à de faibles taux de nicotine (3 ou 6) car pour réaliser des nuages denses, il faut du très bon matériel. Et qui dit très bon matériel dit faible taux de nicotine. C’est cohérent. Les liquides d’entrée de gammedécision tournent souvent autour de 70/30.
Mais on ne choisit pas simplement le PG ou le VG pour de beaux nuages ou un hit amplifié. Certaines personnes ont du mal avec les liquides à fort taux de VG ou le contraire. Ils préfèrent alors opter pour des gammes qui leur correspondent.
La question qui revient parmi les personnes qui veulent passer à la vape, c’est de savoir si tout ceci n’est pas trop chimique. Si. Mais tout est chimique. La respiration, la digestion, c’est de la chimie. Est-ce que c’est naturel ? La question est mal posée car elle sous-entend que si ce n’est pas naturel, c’est mauvais. Je vous dirai que certains ingrédients de la cigarette traditionnelle sont tout à fait naturels. Arsenic, Mercure, Plomb. Est-ce qu’une fois qu’on a rappelé la présence de ces poisons dans la clope, l’envie d’avoir des choses naturelles dans le corps reste aussi séduisante ?
PG et VG sont cependant des molécules bien connues.
Le PG se trouve partout. Il sert d’émulsifiant (E1520) dans des assaisonnements notamment. L’industrie pharmaceutique s’en sert comme composant dans certains antiépileptiques. On en retrouve dans le polyester. C’est également le composant principal des effets de fumée dans les spectacles, les concerts. Résumons : on en mange, ça soigne, on s’en recouvre et on le respire. Et ça fait des décennies que ça dure. Alors, pour paraphraser les ayatollahs anti e-cig, peut-être que dans 50 ans, on trouvera un problème. C’est bien de pousser le principe de précaution à ce point et dans le même temps de mettre des œillères sur des choses si naturelles que l’arsenic, le mercure et le plomb. Une belle cohérence intellectuelle !
Le VG n’est pas non plus inconnu. C’est un hydratant, par exemple. Il sert en pharmacie dans la fabrication des suppositoires, si, si, et dans les sirops contre la toux. On le retrouve dans les dentifrices, le savon et les bains de bouche. En alimentation, il permet de retenir l’humidité, fixer les arômes. Il permet aussi d’émulsifier et épaissir un nombre incalculable de denrées. On en retrouve dans la cellophane, on peut l’appliquer sur des miroirs pour éviter la formation de buée. Comme le PG, ça sert aussi à balancer des fumées lors des concerts.
Le VG est plus épais que le PG. On reconnait facilement un 100% VG à sa texture assez huileuse. Il faut cependant savoir qu’un 100% VG, de par son épaisseur ne va pas s’incruster dans le coton comme un liquide qui serait plus fluide. Pour cette raison, les 100%VG ne passent pas sur tous les matériels.

3. Le Diable est dans les détails

Bien sur, après, au-delà des compositions chimiques, il y a évidemment pas mal de petites choses qui vont faire la différence. La première qui vienne à l’esprit, c’est le conditionnement. On peut évidemment préférer un joli flacon de en verre à un flacon en plastique, sans design particulier. Mais parfois, il faut également penser au remplissage du clearomiseur. Un petit bec pointu peut grandement faciliter la tâche de l’utilisateur. Parfois, avec des pipettes en verre, c’est moins simple. Vous pouvez vous simplifier la vie en utilisant une pipette en plastique à réservoir pour transférer tout le contenu d’une bouteille dans un flacon plus simple d’utilisation.
Le design est également un point intéressant. Les Alfaliquid, c’est efficace mais quand on regarde l’élégance des flacons Thenancara, la recherche des « encriers » Think, la classe du packaging des Cult ou des Five Pawns, on a vite fait de se laisser tenter. En manque d’inspiration devant des centaines de liquides, cela peut-être pertinent. Implicitement, on peut se dire qu’un fabricant qui veut distribuer un liquide médiocre ne va pas faire des investissements monstrueux pour le vendre dans un packaging onéreux. Ok, c’est une méthode un peu empirique pour choisir un e-liquide.
Meilleur e-liquide
Menthes
fr mBlizzard Intensefuriosa lava dropParadisio

Les critères subjectifs du e-liquide

Tous les goûts sont dans la nature. Même si vous êtes certain de vouloir prendre un liquide en 6mg de nicotine, avec un ratio précis de PG/VG, il vous reste encore à choisir un arôme. Le problème reste intact : il faut faire un choix entre des centaines d’arômes, tel Indiana Jones quand il a le choix entre des centaines de coupes pour déterminer laquelle d’entre elles est le Graal. Le Graal, ici, c’est le all-day, le liquide que l’on va vaper toute la journée. Plusieurs familles émergent.

Les e-liquides tabacs

Facile à comprendre. Ce sont les liquides qui sont censés reproduire les paquets de cigarettes traditionnels. Bon, dans les faits, très peu de liquides ressemblent à s’y méprendre aux clopes. Pour plusieurs raisons. Tout d’abord de par la conception même de la cigarette électronique. Ce n’est pas de la combustion, c’est de la vaporisation et c’est pour cette raison que vaper n’est pas fumer. La combustion génère elle-même un goût. Ensuite, la plupart des tabacs sont des arômes reconstitués. Les tabacs organiques – issus d’une lente captation lors du séchage de vraies feuilles de tabac – sont très rares. Mais ils sont de toute façon un passage obligé pour de nombreuses personnes pour qu’elles se raccrochent à l’idée qu’elles vapent un tabac même si le goût est éloigné.

Les e-liquides menthes

Oubliez tout vos souvenirs sur les cigarettes mentholées. C’est bien connu, Dieu a inventé la guerre, la mort, les invasions de sauterelles, les pluies de grenouilles et les cigarettes mentholées, le truc qu’on ne fumait pas même si on n’avait pas eu sa dose de nicotine depuis 24 heures en plein dimanche férié. Dans la cigarette électronique, les menthes sont fraiches, plus ou moins fortes, plus ou moins sucrées mais ne ressemblent en rien à des tueuses mentholées. On peut les associer à n’importe quel fruit, histoire de tester, à des tabacs, à d’autres menthes. Certaines font penser à des pastilles hexagonales sucrées, d’autres à des chewing-gums ou se contentent d’avoir un goût de fraicheur. Si vous testez des menthes en magasin, terminez par cette famille car ces arômes vont tellement envahir votre palais que vous ne sentirez plus les subtilités des autres arômes par la suite. Les menthes sont idéales pendant l’été.

Les e-liquides fruités

Dans cette catégorie, on a évidemment un éventail de e-liquides particulièrement impressionnant. Tout ce qui contient du fructose à l’état naturel peut donner lieu à un liquide. Kitclope a été particulièrement sélectif pour proposer ce qui se fait de mieux dans cette grande famille. Melon, myrtille, fraise, chez Pulp, Popopom chez Liquideo, Fruits rouges chez Alfaliquid, ils ont tous un intérêt. Déterminez simplement le fruit que vous aimez le plus et vous devriez trouver quelque chose de plus sympa que le tabac. Là encore, les fruités font parfaitement le boulot durant la période estivale. Et ils sont un bon complément aux e-liquides tabacs quand on arrête la vape.

Les e-liquides complexes

Là, ça devient intéressant, subtil et fun. Ce qui ne veut pas dire que les tabacs, les fruités ou les menthes ne sont pas intéressants. Mais il y a tout de même un supplément d’âme dans les e-liquides complexes. Des aromaticiens se sont vraiment triturés les méninges pour arriver à quelque chose de différent. On savoure un liquide complexe réussi comme un bon vin. Peut-on démarrer la vape avec un liquide complexe ? Bien sur, ce sera d’autant plus simple pour réussir ce passage si on tombe directement sur un all-day procurant une expérience qu’on ne pensait pas possible la clope au bec. Dans les complexes, on trouve des ingrédients aussi incroyables que le concombre, le cactus, le poivre, la vitamine B… Lors d’un passage en boutique, n’hésitez pas à essayer un ou deux liquides complexes.

Les e-liquides premiums

Attention, il ne s’agit pas d’une catégorie en tant que telle. C’est juste une propriété d’un liquide. Mais à quoi reconnait-on un liquide Premium ? Son prix ? Non car certains liquides Premium font partie des liquides les moins onéreux. Sont-ils tous dans des flacons en verre ? Non, le Heisenberg est Premium et n'a pas de flacon en verre. Non, un Premium est un liquide qui va tirer toute sa quintessence au fur et à mesure que l’on augmente la qualité du matériel.
Vous devriez désormais avoir une idée assez précise de tout ce qu’il faut savoir d’un liquide. Cela devrait vous permettre de mieux cibler ce que vous recherchez sur nos pages ou en boutique. Et n’hésitez pas à renouveler vos expériences, à changer souvent de e-liquides afin de ne pas vous lasser.
nouveautés e-liquide